Justice pour les avocats et les notaires de l’État!

Je souhaite aujourd’hui attirer votre attention sur la lutte dans laquelle est engagé un autre syndicat dont les membres travaillent pour la fonction publique du Québec.

Depuis près de 12 semaines, les juristes de l’État font la grève afin d’obtenir de leur employeur, le gouvernement du Québec, le respect qu’ils méritent. Avant ce conflit de travail, il est peu probable que vous ayez entendu parler d’eux. De plus, lorsqu’il sera réglé, possiblement que vous n’en aurez plus de nouvelles avant longtemps. C’est normal, leur travail les amène rarement à être à l’avant scène. Ils n’en jouent pas moins un rôle essentiel qui protège l’ensemble des citoyennes et des citoyens du Québec en fixant le cadre juridique gouvernemental.

Nous comprenons bien l’importance du travail d’une docteure, d’un éducateur en garderie ou d’une professeure. Ces travailleurs de l’État nous ont offert, à un moment ou à un autre, un service sur le plan individuel qui nous était facilement identifiable. Il est simple de saisir les conséquences d’une baisse de qualité ou d’une privatisation de ces services publics dans nos vies ou celles de nos proches. Les combats à mener pour défendre ces services publics peuvent généralement s’appuyer sur la reconnaissance de la population pour soulever une mobilisation populaire et faire reculer le gouvernement. Le service que nous offrent les avocats et les notaires de l’État, c’est la chance de vivre dans une société où l’État respecte ses propres lois et les met en application tous les jours.

Présentement, ils se battent pour la préservation de leurs conditions d’exercice qui leur permettra de nous protéger dans les années à venir, notamment en garantissant leur indépendance devant le pouvoir politique. Nous comprenons très bien l’importance d’un service collectif. Le SFPQ représente des milliers de membres qui se chargent d’offrir à la population des services collectifs méconnus : la surveillance de centaines de barrages, la sécurité informatique, l’entretien des routes, la préservation des parcs nationaux, etc. En valoriser l’importance est un défi quotidien, puisque le gouvernement minimise constamment notre rôle qui est en fait le ciment de la société québécoise.

À ce titre, la détermination des avocats et des notaires de l’État constitue un formidable modèle de courage et de ténacité devant l’intransigeance de Philippe Couillard. Si la fonction publique du Québec continue de se comporter en employeur voyou, au lieu d’en être un exemplaire, elle ne sera pas en mesure d’attirer et de retenir la nouvelle génération et ses meilleurs éléments continueront de la déserter.

Que le gouvernement respecte et valorise le travail de ses notaires et de ses avocats et qu’il négocie de bonne foi.

Christian Daigle